Ressources

Comment fidéliser vos collaborateurs en pharmacie ?

Depuis quelques temps vous remarquez les départs des collaborateurs. Dans un article précédent, nous avons évoqué « comment réagir face au départ d’un collaborateur en pharmacie ? » pour transformer ces changements subis en opportunités. 

Dans cet article, nous allons recenser leurs principaux besoins actuels et chercher des solutions adaptées à l’officine pour répondre à leurs attentes et leur donner envie de continuer l’aventure en officine !.

1) Quelles sont les raisons (nouvelles) de l'hémorragie ?

Elles sont multiples, on peut en évoquer quelques-unes, sans être exhaustif.

La crise de confiance: l’image de la profession retranscrite par certains médias, le scepticisme et la méfiance par les clients sont manifestes. Au comptoir, une certaine pression existe.

Répondre sur des éléments tels que :les ruptures de stock incompréhensibles, l’utilité de la vaccination, les remarques de la fameuse application Yuka sur les compositions des produits, … .

Le décalage entre la motivation des études médicales et parfois la réalité du quotidien au comptoir.

L’engouement pour les reconversions vers d’autres métiers tels que : naturopathes, réflexologues, …. en sont une illustration entre autre.

Beaucoup d’autres raisons encore, l’hémorragie des diplômes de pharmacien et de préparateur est d’actualité.

2) Que disent les études ?

le besoin SOCIAL ENTRE COLLEGUES :

Dans ce contexte de changement des priorités des collaborateurs, il est primordial de se demander quels sont les besoins des collaborateurs pour chercher des solutions et réussir à fidéliser, à motiver.

Une étude conduite par le MIT et Harvard, indique que les salariés heureux sont 2 fois moins malades, 31 % plus productifs et 55 % plus créatifs.

L’étude Hays publiée le 16 janvier 2019 sur l’évolution du comportement des salariés. En priorité, les salariés privilégient :

« L’intérêt du poste proposé et la qualité de vie sont désormais une priorité »

« Les collaborateurs veulent travailler pour des entreprises engagées et responsables qui respectent l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle ».

Que veut dire « qualité de vie » en officine ?

Quels sont les composants du bien-être au travail ?

Quels sont les besoins ?

Il n’existe pas de baguette magique, le titulaire doit trouver la formule la plus adaptée à chaque collaborateur, celle qui relève davantage de la confiance que d’un budget baby-foot !

3) Que peut faire le titulaire ?

Pour le titulaire, l’essentiel de son rôle de manager est de répondre aux besoins spécifiques de chaque collaborateur pour le motiver, l’impliquer dans l’officine. 

le besoin d'équilibre personnel / professionnel :

L’organisation permet de répondre au mieux à ce besoin tout en tenant compte des contraintes spécifiques de la pharmacie.

 

Les horaires :

Vous avez remarqué que le planning des horaires et des congés sont des éléments récurrents de tension. 

L’anticipation et la régularité des plannings participeront à l’équilibre perso / pro. Même s’il y a des changements dus à des imprévus, ils seront à la marge. De plus en plus souvent, des plannings sur 4 jours sont proposés par les titulaires et appréciés par les collaborateurs.

 

Les congés :

Donner les règles de prise de congés en janvier, récolter les souhaits de chacun jusqu’au 15 février et communiquer le planning final au 1er mars. Les tractations dureront un mois et demi et non toute l’année et l’équité sera respectée.

Pour plus d’informations.

le besoin d'AUTONOMIE :

Le besoin d’autonomie demande un cadre.

A première vue, cela parait paradoxal !

Lorsque les règles sont établies, validées et communiquées : 

* le collaborateur peut évoluer dans le cadre de référence. 

* le titulaire peut faire confiance.

A l’intérieur de ce cadre les conditions sont réunies pour que le collaborateur et le titulaire soient en sécurité et se font confiance.

Exemple : la délivrance d’un produit listé : si les règles sont établies. 

Le collaborateur a l’autonomie nécessaire devant le patient pour prendre ses responsabilités dans un cadre autorisé par le titulaire. De même pour les crédits ou tout autre sujet de cet ordre.

La création de procédures contribue à l’autonomie. 

le besoin dE SENS :

La vision : où va l’officine ?

Fixer un cap sera d’autant plus important qu’il y a cette crise de confiance envers le métier. La vision donnera du sens. 

L’alignement des valeurs du titulaire et de l’officine renforcent la confiance des collaborateurs dans leur métier et dans leur pharmacie.

La stratégie, les objectifs : par où je passe pour arriver à bon port ?

Une fois le cap fixé, le titulaire élabore une stratégie, fixe des objectifs collectifs répartis en objectifs individuels ensuite.

Cela revient à insérer la mission de chacun dans la mission collective et répond au besoin d’utilité.

Chaque collaborateur a des objectifs individuels, chacun a son utilité. L’utilité est une valeur forte chez les collaborateurs des officines. Beaucoup d’entre eux ont fait des métiers de santé pour être utiles aux autres.

le besoin dE DIVERSITE ET D'EVOLUTION :

En fixant le cap, le titulaire fait évoluer l’entreprise et par conséquent les collaborateurs. Chaque année, ce travail sera fait pour guider l’entreprise vers des objectifs différents et chacun pourra constater le chemin parcouru.

Exemple d’objectifs actuels sur les nouvelles missions : les bilans de médication, les dépistages, …. 

La décision est prise par le titulaire, la mise en œuvre est discutée avec les collaborateurs sur les ressources allouées, le besoin de formation, la disponibilité, l’organisation, …..

 Autre exemple : la baisse de stock décidée de 5%, idem la décision est prise par le titulaire et la mise en œuvre est discutée avec les collaborateurs.

le besoin dE RECONNAISSANCE :

La fiche de poste représente les fondations de la mission pour laquelle le collaborateur a son utilité. Elle est la référence, le guide des entretiens de suivi mensuels. Ces entretiens sont d’une durée généralement de 15 – 20 minutes. Cela permet au titulaire de reconnaître le travail effectué, de réajuster l’objectif et d’apporter son soutien, si nécessaire.

Au cours du temps, la confiance s’installe entre le titulaire et le collaborateur et la délégation peut se mettre en place de façon sereine et construite.

le besoin dE DÉVELOPPEMENT :

La formation est une réponse au besoin de développement. 

En officine, les formations sur les connaissances sont nombreuses. Qu’en est-il de la formation en communication pour utiliser au mieux ses connaissances et avoir plus de confort face aux clients, ou face aux commerciaux de laboratoire pour mieux acheter ou face aux collaborateurs pour mieux manager.

Pragmatic RH vous apporte les formations complémentaires nécessaires.

le besoin dE TRAVAIL COLLABORATIF :

Le travail collaboratif est de plus en plus prisé par les collaborateurs, ils souhaitent prendre part au fonctionnement de l’officine. 

Les titulaires ont intérêt à favoriser ce travail collaboratif pour créer des synergies, mettre en commun des compétences, des connaissances et créer une intelligence collective.

Ce travail collectif contribue à la cohésion d’équipe et à l’entraide.

Exemple : Réfléchir collectivement aux arguments pour répondre aux clients difficiles permettra aux collaborateurs d’avoir plus d’aisance et moins de stress. Le titulaire maîtrisera le contenu répondu et la forme appartiendra à chacun.

Exemple : Que répondre aux sceptiques de la vaccination, …

Aristote disait : « La totalité est plus que la somme des parties » !

L’ambiance de travail est importante pour la fidélisation des collaborateurs et des clients. Le titulaire sera attentif aux conflits ouverts ou larvés et prendra en compte les jeux de rôles des uns et des autres.

Le manager est responsable des relations internes.

Un œil extérieur et du métier analyse, comprend ce qui se joue entre les collaborateurs et peut apporter des solutions.

En conclusion :

La confiance commence par le titulaire qui a confiance dans son métier, dans son modèle économique, dans son outil l’officine, dans ses collaborateurs, dans ses clients.

Cet état d’esprit renforcera la confiance des collaborateurs dans leur métier et dans leur employeur. 

La fidélisation des collaborateurs sera consolidée chaque jour.

Mettre de l’humain dans son entreprise, investir dans ses collaborateurs est une priorité pour la fidélisation des collaborateurs et pour le développement de l’officine.

Le management selon les besoins de chacun

Partagez cet article sur :

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter